LEMME Pol : Y tique Sobriété pour quoi, pour qui ?

Sobriété pour quoi, pour qui ?


L’actualité nous abreuve de messages provenant de toute part, incitant la population à concentrer son énergie pour s’adapter à la sobriété énergétique.

Alors déjà, pourquoi énergétique, alors que ladite sobriété a d’autres volets tout aussi importants. Apparemment pas aux yeux de tout le monde…

Bref, parlons pour l’instant de la sobriété énergétique. Parle-t-on uniquement de la capacité de notre société à se fournir en énergie, ou parle-t-on également de ce qui est imbriqué partiellement, à savoir les gaz à effet de serre (GES) émis par l’utilisation de ces énergies ?

Difficile de dire ce qui est en jeu, car chaque média, chaque politicien y va de son jugement plus ou moins personnel. D’autant que chaque messager a un but non avoué différent.

Tandis que nos concitoyens doivent s’évertuer à trier leurs déchets, limiter le temps de leur douche (hebdomadaire, n’exagérons pas !), et faire des trajets plus courts en roulant moins vite (même en électrique, il ne faudrait pas faire de jaloux), d’autres en revanche ne se privent de rien, pour la simple et bonne raison qu’ils en ont les moyens.

Et je ne parle pas que des riches. Des B.A., M. B., V.B. et autres FH.P, qui s’abreuvent sur le dos des moins riches, pendant qu’ils polluent allègrement. On entend parler ces jours-ci du jet du PSG, club de foot capitaliste, pardon, de la capitale. Car, certains au sein de se club profitent des avantages, mais surtout, se gaussent des autres moins chanceux. Ils affichent ouvertement leur désintérêt concernant l’avenir de la planète (j’imagine qu’ils ont la climatisation dans toutes leurs dizaines de palaces, même lorsqu’ils n’y sont pas). Le pire étant qu’en plus, leur bus fait le trajet à vide, pour pouvoir faire preuve d’une belle publicité bleue et rouge dans les rues du receveur.

Comprenez bien que je considère la sobriété comme inévitable, qu’elle soit contrôlée ou pas. Elle arrivera tôt ou tard, avec plus ou moins de fracas.

Comprenez également que le contrôle ne pourra pas être fait dans les conditions que nos élites avancent pour la simple et bonne raison que c’est le système qui induit cette décadence à l’origine de l’obligation de sobriété.

Je rappelle pour tous ceux qui ne sont pas au fait des détails, mais notre planète est un environnement fini. Avec des ressources finies. Chaque pont, chaque bâtiment, chaque voiture individuelle, chaque élément fabriqué pour devenir une normalité pompe les ressources disponibles.

Je rappelle également que très peu de ressources sont totalement détruites par leur utilisation. Elles sont pour la plupart dégradées, séparées, assemblées. Ce qui rend leur utilisation future problématique, voire quasi-inexploitable pour certaines.

Mais je m’égare. En 2015, le ministère de l’environnement a publié, entre autres, en considérant la consommation finale d’énergie utilisée, que le transport correspondait à 33,1%, précisément 49,4 Mtep (Millions de tonnes équivalent pétrole), et que le résidentiel tertiaire correspondait à 44,9% soit 67 Mtep. Quant à l’industrie, ce n’est pas négligeable : 19% (soit 28,4Mtep). Cela étant dit, les français vont continuer à se chauffer, à se déplacer, et autant que faire se peut, se divertir.

Quelle sobriété peut donc arriver à bout de cette inflation galopante d’exploitation des ressources ? L’adaptation du système. L’état débourse des sommes colossales pour augmenter les productions renouvelables, pour aider les ménages à changer de véhicule, ou encore à faire les travaux nécessaires pour transformer nombre de passoires thermiques (vous savez les maisons où, sans isolation, il fait froid même avec le chauffage à fond).

Mais ce n’est pas assez. Je l’ai dit plus haut avec les milliardaires. Je rappelle un autre chiffre qui a fait polémique récemment : 10% des plus riches génèrent 49% des émissions de GES. La facture énergétique étant corrélée, je ne vous fais pas un dessin !

Que fait l’état pour traiter cela ? Eh bien, je n’ai rien trouvé, mais peut-être ai-je mal cherché n’est-ce pas ?

De même pour les entreprises. Si certaines enseignent de E.L. ou G.M. continuent de laisser tout allumer lorsqu’il n’y a personne, qui montre l’exemple ? Nos élus qui affrètent des vols militaires pour ne pas attendre ? Qui utilisent leur voiture pour faire quelques centaines de mètres ?

D’autres polémiques montrent également le malaise de la population : « tu comprends, si je ferme la porte (automatique) pour économiser sur le chauffage (ou la climatisation hein, donc presque toute l’année), je perds des clients ».

Mais bon sang (j’essaie de rester poli), qu’est-ce que c’est que cet argument merdique ? (désolé trop dur).

Attention, je ne dis pas que c’est faux. C’est même probablement vrai. Mais là n’est pas le sujet ! Cet argument est complètement con pour justifier de consommer plus !

Bref, nos élites sont vraiment la queue entre les jambes. (C’est peut-être une condition pour postuler ?) A vouloir faire plaisir à tout le monde (nan je plaisante, seulement les 10% les plus riches), vous pourrez constater, années après années, que la situation ne fait qu’empirer.

Dernier détail et non des moindres : que font nos chers élus et élites sur le plan international ?

Trump est sorti des accords de Paris ; Biden y est revenu. C’est la fête à la saucisse non ? La Chine ne continue pas de polluer : elle augmente la pollution, malgré des efforts (discutables et bien sûr insuffisants, et en tout cas bien médiatisés) concernant les productions renouvelables et nucléaires.

Pire, malgré leurs falsifications et autres propagandes, il est estimé que 99% des chinois respirent un air dont la pollution aux particules fines est supérieure à la recommandation de l’OMS.

Et je ne parle pas des conditions de travail…

En conclusion, je remarque que ceux qui cherchent à imposer les règles ne sont même pas foutus de faire preuve de logique : la méthode ABC, Pareto et autres techniques basiques de prises de décision. Ah oui, ce n’est pas rigolo de se mettre à dos les riches. Pourtant, je ne m’inquiète pas, ils continueront à l’être toujours plus, quelles que soient les décisions prises. Oui, c’est plus compliqué qu’il y parait. Evidemment que je le sais. Tout le monde le sait. Et donc ? On ne fait rien ?

(Ah pardon, le gouvernement préfère appuyer sur 90% de la population avec des économies sur chaque détail du quotidien dont un certain nombre est induit au système !)

Il y a un temps pour la réflexion. Il est dépassé.

L-EMM-E

Laissez un commentaire !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Post