LEMME Pol : Y tique Logistique ? Quelle utilité ? En vrai ?

Logistique ? Quelle utilité ? En vrai ?


Tout le monde fait de la logistique.

Au quotidien.

Et c’est… logique !

Que ce soit pour préparer une recette, arriver de concert à un concert avec ses amis, ou avoir le matériel nécessaire, suffisant et au bon moment pour travailler de manière performante, la logistique est partout.

Et pourtant elle est mal comprise ! Toutes les entreprises sont confrontées à un moment ou un autre à une rupture de stock, ou des aléas d’approvisionnement ou de livraison.

Un détail nous prouve cette évidence : c’est une fonction « annexe », ou « support ».

Sauf que la logistique est le squelette de notre organisation. Connaître le temps qu’on met à pied jusqu’à l’arrêt de bus, c’est de la logistique. Avoir toujours du lait d’avance pour les enfants, c’est de la logistique. Déposer un ami à la gare puis les enfants à l’école pour arriver ensuite à son travail, prêt à temps pour la réunion, c’est aussi de la logistique.

Et c’est encore plus vrai dans notre monde technologique où le temps a une place prépondérante, où les coûts sont calculés à plusieurs chiffres après la virgule.

La logistique n’est pas le centre névralgique de notre organisation, qu’elle soit familiale ou industrielle. Non, la logistique, c’est le squelette entier.

Pourquoi ?

Parce qu’elle est en contact avec quasiment tout le reste. Une raison qui fait qu’elle est improprement qualifiée « d’annexe ». Mais c’est faux. La logistique est en lien étroit avec tous les services, et tout le temps. Connaissez-vous des entreprises sans comptables ? Oui. Sans ouvriers ? Oui. Sans directeur ? Encore oui. Sans quelqu’un qui commande les fournitures ? Plus dur à trouver n’est-ce pas ? En vérité, ce n’est pas impossible si le travail a été fait en amont et que c’est devenu automatique, mais c’est extrêmement rare, et il faut être prudent sous peine de voir… tout ce qu’on voit un peu partout dès lors que cette fonction est dénigrée, maltraitée ou tout simplement mal exécutée !

On découvre alors que le gâteau surprise ne peut être fait car il manque un ingrédient (dommage, nous sommes Dimanche !), qu’une ligne de fabrication est en rupture de composants, ou que le client n’a toujours pas reçu sa marchandise.

Et quand c’est récurrent, c’est comme une scoliose : c’est bancal ! Comme une jambe plus longue que l’autre : c’est bancal. Quand c’est un bras ? ou la tête ? Problème aussi : manque de coordination, rigidité, qui posent problème lors d’aléas divers auxquels nous avons tous été confrontés.

Bon ; En attendant, pourquoi je parle de vos tomates et de vos classeurs d’archive ?

Parce que la logistique est partout disais-je, que ce soit au niveau individuel, local, national, et même international. Donc, une politique qui n’est pas en mesure de générer une logistique fiable et forte sera par « définition » bancale (ma définition en tout cas !). La logistique doit être le reflet de ce la direction dans laquelle on veut s’orienter.

Comment sont acheminées nos marchandises ? Par des camions essentiellement. Un peu de maritime et d’aérien pour finir la boucle. Y a-t-il des choses qui n’ont pas besoin de camions ? Oui, l’eau, l’électricité, le gaz par exemple. C’est assez peu en vérité…

Pour votre information, voici quelques chiffres issus des statistiques du développement durable du gouvernement pour 2018 : l’ensemble des transports (hors poste et courrier) représente une dépense totale de 425 milliards d’euros, soit 18,1 % du produit intérieur brut (PIB). 73,0 % de la dépense de transport est consacrée à la route, 7,0 % au transport aérien, 6,7 % aux transports collectifs (urbains et en car), 6,6 % au transport ferroviaire, le reste aux transports fluvial et maritime.

La logistique est importante ou pas, selon vous ?

Presque 90% des marchandises transportées le sont par la route.

Plus de 80% des transports de voyageurs est fait avec des voitures.

Et que constate-je en France ? Notre pays si « riche » ?

Ah oui, déjà, des taxes. De partout. Le gasoil représente environ un quart du budget d’un exploitant de transport routier, dont la moitié sont des taxes ! Le salarié compte pour environ 30 %, dont presque la moitié de taxe encore une fois (charges salariales 22% du brut et charges patronales 42% du brut). Je ne vais pas rentrer dans le détail, mais il traine encore quelques autres taxes disséminées et / ou dissimulées (je ne vous cache pas que certaines normes ou autres tarifs autoroutiers sont plutôt scandaleux).

Bref, environ un tier, 1/3, 33%, de tout coût de transport de marchandise représente une taxe.

Les voitures ? Vous en connaissez sûrement plus que moi, mais c’est difficile de les compter tellement il en existe, et le système est très complexe. Entre les 20 % de TVA pour le neuf, la répercussion par le vendeur pour l’occasion, les plus de 57 % de taxes sur le gasoil, le contrôle technique, et les taxes sur les différentes marchandises et prestations pour remise en conformité, nous n’en sortons plus.

Mais c’est aussi impossible à calculer. Mais peu importe.

Car ce qu’on voit, en France, c’est que le squelette du pays est taxé.

On ponctionne la moelle en quantité non négligeable pour « aider » d’autres organes… C’est un non-sens. Une réelle aberration !

Si on veut une société saine, il est absolument évident que le transport doit être le plus efficace, le plus solide, et le moins cher possible. Car le reste repose en bonne partie dessus.

Et je n’ai pas fini.

La France est dépendante à 99 % des importations pour sa consommation de produits pétroliers. Dit autrement avec ma superbe métaphore : vous avez un squelette composé d’environ 33% Africain, 30% bloc russe, et 21% Moyen-Orient.

Personnellement, je suis fort gêné que mon squelette soit autant dépendant des autres. Des autres sur lesquels j’ai une absolue confiance… ?

Mais bon, je suis rassuré : grâce aux énergies renouvelables et à notre cher gouvernement qui nous a gentiment demandé de passer à l’électrique, notre squelette sera plus solide…

Non ? Ah, pardon. Le chemin de fer est délesté de ses atouts, les transports en commun sont tellement insuffisants, il n’y a aucun effort des dirigeants mondiaux pour développer du transport de marchandise propre, les tensions autour des énergies fossiles ne vont faire qu’empirer, et les prix n’ont absolument aucune raison de diminuer.

Mais je ne suis pas pessimiste. Seulement triste de constater que beaucoup de ces élites se cachent derrière des prétextes, alors qu’ils sabotent leur propre squelette…

Accessoirement, notre transport est essentiel, sans quoi notre monde s’écroule. Mais avec plus de 30% d’émission de gaz à effet de serre, le transport doit être repensé, revisité, adapté.

Je ne peux pas faire une liste pour proposer des idées tellement le sujet est vaste, mais je suis persuadé que travailler à adapter le réseau à notre monde plutôt que l’inverse aurait un effet miraculeux !

L-EMM-E

2 commentaires sur “Logistique ? Quelle utilité ? En vrai ?”

    1. Mon nom est dans la signature et tu me connais ! Mais chtttt ! Sinon, plus d’effet de surprise pour 2022 ! 🙂
      PS : merci pour ton commentaire ! 😉
      EMM

Laissez un commentaire !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Related Post